Ma Royauté n'est pas de ce monde.

Le livre de Daniel dont le nom signifie en hébreu : « être en discussion avec Dieu » est écrit en hébreu et en araméen. Pourquoi ? Le peuple est en exil à Babylone accompagné du prophète Ezéchiel, agriculteur, qui parle l’hébreu la langue du peuple.

Tandis que Daniel issu d’une famille royale, déporté également, vit à la cour du Roi de Babylone avec les nobles où la langue pratiquée est l’araméen. Ce qui nous est enseigné ici, c’est la nécessité de s’adapter au peuple en parlant son langage et aux circonstances pour être entendu.

Daniel a des remords parce qu’il ne fait rien pour le peuple. C’est un visionnaire, un visionnaire politique d’un genre apocalyptique en sa qualité d’interprète des songes du Roi.

Du Roi politique au Messie qui insuffle l'Esprit...

En lisant ce livre nous découvrons que Daniel interprète les rêves du Roi et acquiert des responsabilités de haut niveau. Cependant Daniel a des remords parce qu’il ne fait rien pour le peuple. C’est un visionnaire, un visionnaire politique d’un genre apocalyptique en sa qualité d’interprète des songes du Roi. Il soupçonne déjà la chute des empires babylonien, perse, grec et romain symbolisée par la disparition des bêtes monstrueuses.

Nous sommes dans une visée internationale, une réalité politique dont les trois socles sont Ezéchiel, Daniel et l’Apocalypse de St Jean avec pour thème général, l’histoire de la chute des empires terrestres que nous pouvons retrouver dans la réalité politique de Alexis de Tocqueville au XIXème siècle. Mais qu’annonce-t-elle ?

Les deux versets de Daniel lus ce jour tentent d’y répondre, car du ciel viendra comme un Fils d’homme à qui seront conférés empire, honneur et royaume éternellement. Ce Fils d’homme préfigure le Messie, en la personne du peuple, le petit reste, dont la vocation spirituelle sera d’insuffler l’Esprit en chaque personne, habitant d’un nouveau royaume qui ne sera point détruit.

Alain Couturier, Diacre

Solennité du Christ Roi, Année B

Ma Royauté n'est pas de ce monde.

L’Evangile de Jean se fait l’écho de la vision de Daniel puisqu’il est question de royauté, cependant Jean fait dire à Jésus : « Ma royauté n’est pas de ce monde » et : « En fait, ma royauté n’est pas d’ici ». Si son royaume n'a rien à voir avec nos royaumes de la terre, défendus par des gardes, quel est-il ? C’est celui de la VERITE. Nouvelle question pour chacun de nous, comme pour Pilate : « Qu’est-ce que la VERITE ? ».

Certes, nous savons que le Royaume de Dieu, c’est celui de la VERITE exprimée dans la Parole Biblique à laquelle le Christ rend témoignage. Nous croyons aussi que chacun de nous tente d’appartenir à la VERITE quand il écoute la Parole de Dieu. Or, ce verbe « écouter » en hébreu, signifie aussi « obéir » dans le sens de mettre en pratique. Ainsi, lorsque je mets en pratique la Parole de Dieu, je suis en chemin vers la VERITE, j’agis selon la VERITE, certes avec mes limites mais aussi avec la Force de l’Esprit.

Cependant, pour être fidèle à cette VERITE, il me faut fréquenter, scruter, méditer cette Parole car c’est elle qui me fera citoyen du Royaume que Dieu me promet dont Il en sera le Souverain.

"Ma Royauté n'est pas de ce monde"

Alain Couturier, Diacre

21 nov. 2021

Mis en ligne le :