Le baptême du Seigneur

Comment ne pas être émerveillés par cette cascade de confiance, cette douche de joie : le Père, la colombe de l’Esprit et Jésus. Voilà une eau fraîche qui purifie enfin toutes nos pollutions ! « Je sais qu’ils sont si puissants ses courants qu’ils baignent les enfers, et les cieux » (Saint Jean de la Croix). Mais pour mieux sentir la puissance de ce baptême, il vaut la peine d’être attentifs à trois détails que saint Luc met en valeur.

Jean le Baptiste… Il annonce un baptême de feu, et le contexte nous laisse clairement entendre que le Messie qui vient jugera le monde dans ce feu

Baptême d'eau et baptême de feu

Dans ses deux premiers chapitres, Luc évoque sept fois ce peuple en attente, et en particulier dans la nuit de Noël : Jésus est la bonne nouvelle qui donnera de la joie à tout le peuple ! La joie que Dieu dépose en Jésus est en quelque sorte la réponse à l’attente de ce peuple. On a même l’impression que tout le peuple est baptisé, et que Jésus arrive en dernier, comme pour prendre sur lui tous les péchés laissés par ce peuple au fond du Jourdain ! Nous aussi avec le synode, nous sommes invités à partager nos attentes, et nous aussi nous souhaitons entrer dans une démarche de pénitence et laver nos péchés. Le peuple n’est pas la foule. Une foule est anonyme, désorganisée, alors qu’un peuple est une assemblée de personnes où chacun a sa place. Chacun est appelé à vivre son baptême à 100% !

Arrêtons-nous maintenant à la figure de Jean le Baptiste… Il annonce un baptême de feu, et le contexte nous laisse clairement entendre que le Messie qui vient jugera le monde dans ce feu : quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. Jean a dû être bien surpris de découvrir que Jésus ne baptisait pas dans le feu, mais qu’il demandait à être baptisé dans l’eau, comme n’importe qui. Il a dû être bien étonné par la suite de voir que Jésus annonçait la douceur de l’amour plus que le feu du jugement. Il en même venu à s’interroger : es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?

Cela peut éclairer notre situation d’aujourd’hui. Beaucoup souffrent actuellement pour l’Eglise, et parfois aussi par l’Eglise. Certains ont le sentiment que leur sensibilité religieuse est méprisée par d’autres chrétiens, parfois même par la hiérarchie…

D’autres souffrent car leurs choix de vie ne sont pas reconnus, ni même compris… Je ne sais pas qui a raison et qui a tort… L’histoire nous le dira. Mais je dis à ceux qui souffrent : soyez comme Jean le Baptiste ! Continuez à être des témoins. Acceptez de ne pas tout savoir ou de ne pas tout comprendre. Et surtout, restez les amis de cet Epoux Unique, et écoutez attentivement Sa voix.

Père Laurent Thibord

Fête du baptême du Seigneur - Année C

Le baptême du Seigneur

Dernier détail : Luc précise que Jésus priait au sortir des eaux du baptême. Ce qui paraissait un incroyable spectacle extérieur devient par cette seule mention un événement intime. C’est la prière de Jésus qui ouvre le Ciel… ce sont ses mots qui forcent le Père à Lui déclarer son amour… C’est cette louange de Jésus qui vient libérer la colombe du Ciel ! Alors, nous-aussi plongeons dans cette source vive qu’est la prière du Christ… Récitons tout doucement le Notre Père, ou bien relisons à tête reposée la prière sacerdotal (Jean 17)… Ou tout simplement vivons cette Eucharistie comme l’entrée dans l’immense Merci de Jésus adressé à son Père. « Cette source vive que je désire, c’est de ce pain de vie que je la tire, malgré la nuit (St Jean de la Croix)

La prière du Christ est source vive!

Père Laurent Thibord

8 janv. 2022

Mis en ligne le :