Laissant tout ils le suivirent...

St. Luc décrit en détail l'événement précédant l'appel de Simon comme Apôtre. Pierre et ses compagnons ont passé toute la nuit dans un bateau sur le lac. Au matin, il atteignit le rivage, mais leurs bateaux étaient vides. Jésus est entré dans ce bateau vide et a demandé fatigué du travail infructueux de Simon, pour lui emprunter celui-ci. Il voulait y prêchez à la foule rassemblée sur le rivage.

Peut-être qu'il voulait retenir Pierre de cette façon, car celui-ci après une telle nuit de travail infructueux, n’avait pas envie d’écouter des sermons. Rien ne suggère non plus qu'une parole de Jésus aurait pu profondément entrer dans son cœur.

Après son sermon, le Christ dit à Pierre d’avancer au large et de jeter son filet de pêche. Simon, bon pêcheur, sait que si la prise a échoué la nuit, elle ne sera pas meilleure pendant la journée. Il est prêt cependant à accomplir le souhait de Jésus. Il dit clairement, "Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre mais sur ta parole je vais jeter les filets ". La réponse de Jésus fut immédiate. « et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer » Ils ont dû demander de l’aide à leurs camarades.

Venez à ma suite, dit le Seigneur, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.

Confiance en Dieu et confiance en soi

Quand Simon vit les barques remplies de poissons, il s'agenouilla devant Jésus et dit : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur ». Nous devons rouvrir soigneusement cet événement évangélique, car il montre le chemin vers la confiance en Dieu.

Premièrement, l’homme doit croire en lui-même, apprendre à connaître ses capacités et savoir ce qu'il peut faire. Ensuite, après la joie de ce succès, il doit endurer l'amertume de la déception. Il doit douter de lui et découvrir que ses possibilités sont limitées. Pierre maîtrisait l'art de la pêche, mais une nuit de travail infructueux l'a aidé à découvrir qu’il n’y pouvait grand-chose. Un travail infructueux crée toujours un doute en soi même Ce n'est que lorsqu'une personne a terminé ces deux étapes, la première - confiance en soi, la seconde - doute de soi, qu’elle peut entrer dans la troisième étape - se confier volontairement à Dieu. Pierre sur la demande du Maitre jette le filet. Il attrape beaucoup de poissons, mais il sait que cette fois il ne s’agit pas de poisson mais de sa foi.

Il est entré sur le chemin de la confiance en Dieu et il fera désormais tout pour ne pas s'écarter de cette voie. Il trébuchera par moment, mais il ne quittera pas le chemin de la confiance. La parole de Jésus sera décisive pour lui même lorsque le Maitre lui signifiera qu’il le trahira par trois fois. Les gens assimilent le plus souvent la confiance en Dieu à la confiance en soi. Ils pensent que la foi est une sorte de produit dopant, et quiconque en prend devient invincible. Ainsi, le croyant sait de quoi il est capable et connaît les limites de ses possibilités, mais en même temps, il reconnaît par expérience le pouvoir de la toute-puissance de Dieu pour qui rien n'est impossible. Ce n'est pas lui qui fait la chose exceptionnelle, mais Dieu. Pierre savait très bien que ce n'était pas lui qui avait attrapé tant de poissons, même s'il tenait les filets dans ses mains. Il savait que c'était l'œuvre de Jésus.

Père Wieslaw Gronowicz

5ème dimanche du temps ordinaire - Année C

Laissant tout ils le suivirent...

La foi permet seulement à l'homme de participer aux œuvres de Dieu. L'homme reste faible, mais malgré cela il peut toujours coopérer avec Dieu. Tout se résume à l'obéissance à Dieu. "Sur ta parole, je vais jeter les filets. »

Identifier la confiance en Dieu avec la confiance en soi entraine des effets désastreux, qui se manifestent particulièrement dans les moments de doute en soi. C'est perçu comme un doute envers Dieu. Il arrive parfois que les sceptiques ne voient pas le sens de la vie et ainsi souhaitent se suicider. Ainsi, le doute en soi constitue un appel à se confier à Dieu. C'est alors que l'homme rencontre le chemin foi religieuse et soit il l’emprunte, soit il s’en écarte et entre dans un monde d’impuissance.

Si nous voulons participer à ces pêches miraculeuses, il doit y avoir des jours où nos filets sont vides. Cependant Dieu ne s’intéresse pas aux filets pleins mais à notre découverte de la puissance de la foi en Lui.

La foi en Dieu

Père Wieslaw Gronowicz

13 févr. 2022

Mis en ligne le :