Jésus retrouve ses disciples au Cénacle, l'incrédulité de Thomas.

Nous aimons tous, je crois bien, ce passage d’évangile. A cause de l’apôtre Thomas ! Il nous rapporte en effet, comment il s’est acquis une sorte de popularité, parce qu’il n’a pas voulu croire ses amis qui lui témoignait - pourtant avec conviction - que Jésus, Celui qu’ils ont suivi ensemble sur les routes de Palestine, - est vraiment ressuscité, vivant pour toujours ! Popularité étonnante mais, que nous ne devons pas tronquée ! Car en effet, ce que nous dit cet évangile, c’est que celui-là même qui ne voulait pas croire, - Thomas l’incrédule, qui demandait de voir et de mettre ses mains dans ses plaies, - est devenu finalement, devant le Seigneur, apparu de nouveau aux disciples, Thomas le croyant, un modèle de foi pour tous les croyants ! Devant le Seigneur présent, il témoigne toute sa confiance en Dieu, dans une profession de foi qui est, sans aucun doute, l’une des plus fortes et des plus belles que l’on puisse connaître dans l’évangile : Mon Seigneur et Mon Dieu !
Quelle Divine surprise, si l’on peut dire ! Quel retournement complet de la situation, en tout cas ! Thomas l’incrédule qui devient Thomas le croyant ! Alors, ce matin, j’ai envie, avec vous mes frères, de dire un grand merci à Thomas ! Merci car, en effet, grâce à lui, nous pouvons désormais mieux comprendre, et mieux vivre ce qu’est véritablement la foi au Christ Jésus, la foi au Ressuscité de Pâques.

heureux ceux qui croient sans avoir vu!

La foi n'est pas de l'ordre de l'évidence, mais de l'amour

Grâce à Thomas, nous pouvons commencer à reconnaître déjà, que nous sommes tous souvent comme lui, incrédules, lui ressemblant alors terriblement ! Comme nous avons du mal, en effet nous aussi, à croire que Jésus est ressuscité, du mal à accueillir cette Bonne nouvelle que nous avons chanté pourtant, de tout notre cœur, durant la Nuit pascale ! Les plus sceptiques d’entre nous, discutent encore, comme Thomas l’incrédule qui ne l’a pas encore vu ! Et nous réagissons tous comme les apôtres enfermés au Cénacle, effrayés lorsque Jésus leur apparaît, murés qu’ils sont dans leur peur, leur doute, leur manque de confiance ! Au point qu’il leur est impossible de croire Marie Madeleine qui accourt pour leur dire la Nouvelle !

Grâce à Thomas, nous pouvons mieux comprendre aujourd’hui, que la foi pascale en Jésus Ressuscité n’est pas de l’ordre de l’évidence mais de l’ordre de l’amour. Je veux dire que toutes nos questions, nos interrogations, nos doutes même, sont après tout, des attitudes tout à fait légitimes. Le doute n’est pas en effet le contraire de la foi comme nous le pensons ! Car la foi n’est pas de l’ordre du savoir, ou de la preuve, mais de la reconnaissance, de l’ordre des signes qui invitent à croire ; elle est un don de Dieu que nous avons sans cesse, à accueillir en nous.
N’ayons donc pas peur nous aussi, à les reconnaître en nous, ces signes de la foi, cette confiance en Dieu qui nous est donné, et qui vient faire « craquer » ce qui nous renferme sur nous. Reconnaissons-là, non pas comme une certitude ou encore, comme une preuve mais comme une invitation permanente « à faire confiance au Christ », une confiance à vivre qui nous ouvre alors, un avenir qui nous pousse à aller vers les autres ! C’est cela que Thomas le croyant découvre, devant le Seigneur qui se rend présent devant lui ! Il reconnaît que la plaie de son côté et les marques des clous dans ses mains sont désormais - non pas seulement des marques de son crucifiement, certes, mais combien plus, des signes d’un amour jusqu’au bout, de la part de Jésus ,et qui l’invitent à croire que l’amour est plus fort que tout ce qui enferme dans un tombeau, (nos petites idées, nos raisonnements, que sais-je ? ) des signes que la vie est un don qui nous appelle à grandir, à « ressusciter » à une vie toujours nouvelle, toujours neuve avec les autres .

P.Emmanuel Leroux

Dimanche de la Divine Providence - Année C

Jésus retrouve ses disciples au Cénacle, l'incrédulité de Thomas.

Grâce à Thomas, nous pouvons donc mieux comprendre que la foi chrétienne est un chemin, un cheminement qui peu à peu, nous conduit à découvrir le Christ Jésus vivant à jamais, au cœur de nos vies !
A travers le dédale de nos questions ou de nos doutes, de nos épreuves ou de difficultés de vivre. Un cheminement qui prend du temps parce qu’il se fait « expérience d’une renaissance » qui est une vraie libération, et nous amène à donner toujours plus de place à la confiance, et à lâcher prise pour nous ouvrir enfin à l’amour de Dieu et des autres !
Tomas l’incrédule ? Thomas le croyant ! Je ne sais pas finalement si Thomas le croyant est aussi populaire que Thomas l’incrédule ! On peut le souhaiter ! Ce que je sais, c’est que c’est une véritable conversion, un vrai retournement du cœur qui lui est arrivé ! En faisant confiance à la parole du Christ, il comprend que l’amour, victorieux de toutes sortes de morts, lui est offert à lui aussi … Comme à chacun de nous, aujourd’hui encore dans notre vie !
Heureux Thomas, lui, dit Jésus parce que tu as reconnu le Christ Ressuscité ! Heureux-sommes nous, pareillement, d’être et de devenir des croyants, des croyants qui reconnaissent que l’amour fraternel et le service de tous, sont encore pour eux, des signes par lesquels le Seigneur se manifeste vivant parmi nous. Que cette béatitude nous encourage et fasse grandir notre foi en Jésus Ressuscité, toujours présent au milieu de nous.

La foi: un chemin, un cheminement...

P.Emmanuel Leroux

30 avr. 2022

Mis en ligne le :