Epiphanie du Seigneur

Pour le prophète Isaïe, l’apocalypse entendu pendant l’Avent avec Daniel et St Jean est du passé. Isaïe, dont son nom est de « s’accommoder avec la Parole de Dieu », a une connaissance des nations et est connu de ces nations qu’il n’a pas dénigrées. On parle du retour de l’exil et de l’arrivée du peuple à Jérusalem. Jérusalem, la ville de la droiture de Dieu, doit quitter son habit de deuil. Réveille-toi Jérusalem, recommence à accueillir tes enfants et les idolâtres qui ont voulu t’abaisser, tu es la ville de la Paix, de la Joie, de la Parole de Dieu, de la connaissance et de la Justice. Le deuil laissera place à la lumière qui est l’intelligence, le mal est parti, le bien va venir. Certes la marche, la démarche sera dure, mais on y arrivera en accueillant la richesse de tous.

Tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui.

Le monothéisme et la reconstruction de Jérusalem

Cette richesse, c’est le monothéisme qui est proposé à des peuples de toute origine, enfants d’Israël et païens qui vont participer ainsi à la reconstruction de la ville de Jérusalem. Tous ces peuples sont invités à cette reconstruction parce qu’ils sont habités du désir de réussir, parfois avec peu de moyens, certes, mais avec un dynamisme et une espérance qui feront s’éloigner de l’idolâtrie Rome et Athènes. Il n’y aura plus de guerres, plus d’idolâtres formatés et soumis. La liberté promise permettra aux peuples de vivre indépendants, c’est-à-dire qu’ils pourront prier Dieu, louer Dieu, obéir aux lois de Dieu et exercer leur libre-arbitre. Rappelons-nous la promesse du « jour où tout le monde reconnaîtra en Jérusalem, la ville sainte ». Comme la lumière est en elle, la lumière est en moi. Comme l’espérance est en elle, l’espérance est en moi. Tout est possible avec la volonté de l’homme accompagné de l’Esprit de Dieu. L’important pour chacun de nous est de travailler, de découvrir le message de Dieu, d’étudier la Parole de Dieu pour la mettre en pratique, car le projet de Dieu sur Jérusalem concerne toute l’humanité qui sera émerveillée.

Alain Couturier, diacre

Epiphanie - Année C

Epiphanie du Seigneur

L’Evangile de Mth relate la venue de mages, des savants astrologues, païens, qui ne partagent pas la foi et l’espérance d’Israël. Ils se sont mis en marche depuis l’Orient parce qu’une nouvelle étoile s’est levée. Arrivés à Jérusalem, ils demandent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? ». Où est donc ce Juif, Roi des Juifs ? Où est ce nouveau Roi qui vient sur cette Terre déjà gouvernée par le roi Hérode ? Qui veut donc prendre le pouvoir royal ? Légalement, moi Hérode, je suis reconnu comme roi par le pouvoir romain. Qui veut prendre ma place ? Nous comprenons la jalousie, la convoitise voire la haine qui vont s’instaurer. L’égoïsme d’Hérode va même le pousser à tuer les enfants de moins de deux ans. Lui qui était chargé de maintenir la Pax Romana. Quel est donc cet adversaire ? L’hypocrisie d’Hérode va même lui faire dire en s’adressant aux mages : « Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille moi aussi, me prosterner devant lui ». Heureusement les mages, après la visite auprès de la Sainte famille à Bethleem et lui avoir remis leurs présents, ne sont pas retournés voir Hérode. Pourquoi ? Je vous livre une piste de réflexion, Hérode aurait pu faire tuer les mages car leur témoignage, eux qui sont païens, pouvait menacer sérieusement la royauté d’Hérode ! Cet Evangile confirme la prophétie d’Isaïe, les nations rejoignent Israël et s’ouvrent à la nouvelle ère promise depuis tout temps : les nations sont associées au même héritage, au partage de la même promesse. Alléluia !

La venue des mages

Alain Couturier, diacre

8 janv. 2022

Mis en ligne le :