En présence du mystère du ciel...

Nombre de personnes ne reconnaissent aucune forme de vie après la mort. Pour eux, la désintégration du corps est une preuve si poignante de la fin de l'histoire humaine sur terre que lorsqu’ils réfléchissent à la possibilité d’une vie dans un nouveau monde cela leur semble dénué de sens. Le sort de l'homme s'apparente au sort de fleurs coupées que l'on met dans un vase avec admiration pour finalement les jeter au bout de quelques jours quand elles se fanent, parce qu'elles n'ont plus aucune valeur.

D'autres, reconnaissant les valeurs spirituelles dans la vie humaine abordent le phénomène de la mort autrement. Celui qui aime vraiment ne croit pas que l'amour qui a rendu sa vie riche et belle se terminerait par la mort de l'être cher. Si tel était le cas, la vie humaine ne serait pas différente de toute autre forme de vie que nous observons dans la nature. Ainsi ils percevraient l'homme principalement dans sa dimension spirituelle et traiteraient le corps comme un instrument.

La mort est la fin de l’efficacité de l’instrument mais pas de l’homme. Le problème cependant, est qu'en ressentant intuitivement l'existence d'un autre monde, ils ne sont pas en mesure de fournir des preuves persuasives de son existence.

La foi au Christ, notre secours

La mort est la fin de l’efficacité de l’instrument mais pas de l’homme. Le problème cependant, est qu'en ressentant intuitivement l'existence d'un autre monde, ils ne sont pas en mesure de fournir des preuves persuasives de son existence. La foi au Christ vient à la rescousse dans ce sujet. Il appartenait à notre monde et il est entré volontairement par les portes de la mort, c'est-à-dire qu’il est passé à une autre vie.
Après trois jours, il est revenu et pendant plusieurs semaines, il est resté en contact avec les apôtres précédemment choisis prouvant ainsi l'existence de la vie au-delà du tombeau. Il nous a également donné une poignée d’information sur cette vie. Il y en a relativement peu, mais si nous voulons améliorer notre foi, cela vaut la peine d'y revenir. Le ciel dans lequel réside le Christ ressuscité est la destination de tous les voyages terrestres des chrétiens.

Le Christ parle du paradis comme d'une maison de famille dans une atmosphère d'amour. C'est la maison d'un Père aimant. Par conséquent, le ciel est avant tout la possibilité de communier avec Dieu en face à face.

C’est la rencontre avec notre Père, qui est par lui seul sagesse, beauté, bonté, justice, vérité et amour.
Son Fils unique nous invite dans la maison du Père comme des amis. "Je ne vous appelle plus des serviteurs, mais amis." Le fondement de l'amitié est l'amour réciproque. Voila pourquoi, Jésus veut que d’ici, sur terre, nous fassions l'expérience de la réalité du ciel organisant nos vies sur la base de l'amour mutuel. "Je vous donne un nouveau commandement, que vous vous aimez les uns les autres comme moi je vous ai aimés." L'appel est audacieux.

Il s'agit de mettre en pratique les références que le Christ nous a données, même au sacrifice de soi: "Nul n'a plus d'amour que celui qui donne sa vie pour ses amis". C'est la plus haute mesure d'amour que le Christ lui-même révèle.
Depuis que le Fils de Dieu a amené l'amour de Dieu sur la terre, il souhaite que nous nous manifestions mutuellement son amour. Celui qui découvre que Dieu l'aime est capable d'embrasser ses proches avec un amour identique.

Père Wieslaw GRONOWICZ

6ème dimanche de Pâques

En présence du mystère du ciel...

Le ciel est un monde d'amour pur, et sur cette terre seuls ceux qui ont expérimenté ce véritable amour sont capables de percevoir sa forme réelle. Le ciel est avant tout l'état du cœur qui peut vraiment aimer. Ceux qui aiment Dieu de tout leur cœur, de toute leur âme, leur force et leur prochain comme eux-mêmes portent le ciel en eux. Ce sont les personnes les plus heureuses de la terre.

Le ciel, cependant, n'est pas seulement l'état heureux du cœur qui expérimente l'amour, mais c'est aussi un monde extrêmement beau et riche créé par Dieu. Après avoir reçu la grâce de révéler ce monde, l'Apôtre des Nations a écrit des paroles très significatives: "que l'œil n'a vu ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n’est pas monté dans au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment » (1 Co 2, 9).
Dieu a préparé un monde nouveau et heureux pour nous. Le chemin de la foi mène à ce monde et la seule clé qui peut ouvrir sa porte est le véritable amour.

Le ciel est avant tout l'état du cœur qui peut vraiment aimer.

Père Wieslaw GRONOWICZ

9 mai 2021

Mis en ligne le :