Dieu s’exprime à travers les événements

Il a été rapporté à Jésus que Pilate a massacré les Galiléens, très probablement dans l'enceinte du Temple. Le Christ, cependant, ne s'est pas arrêté à l'événement lui-même, mais à travers lui, il a essayé d'attirer l'attention des auditeurs sur une vérité bien plus profonde. « Pensez-vous que ces Galiléens étaient plus pécheurs que les autres habitants de la Galilée et qu'ils en ont souffert ? Pas du tout, je vous le dis ; mais si vous ne vous convertissez pas, vous mourrez tout de même" Lc 13 : 2-3. Il en ajoute une autre à cet événement, mentionnant le tragique accident dans lequel dix-huit personnes sont péries sous les murs de la tour de Siloé, avec la même exhortation : vous allez mourir. "

peut être donnera t'il du fruit à l'avenir

Les évènements comme un appel à la conversion

Il ressort clairement de la déclaration de Jésus que Dieu traite les événements tragiques comme son expression à tous ceux qui les connaissent. Le malheur des uns devrait aider les autres à réfléchir plus profondément sur leur propre mode de vie. Cependant bien que près de vingt siècles se soient écoulés depuis la venue du Christ sur terre, nous ne savons toujours pas comment lire les événements comme le ferait de Dieu à notre égard.
Nous nous arrêtons constamment à l'événement lui-même et son contenu.
Les descriptions des témoins sont des bagatelles mais si précises que nous pouvons reconstruire tout l’évènement.
Cependant, aucune phrase n’exprime la vérité de la fragilité de la vie humaine et sur le fait qu'aucun homme ne connaît le jour ou l'heure de sa mort.
Nous ne savons pas écouter Dieu qui nous parle à travers les événements, pourtant c'est ainsi qu'Il parle presque tous les jours.
Parfois, il le fait en pensant à un petit groupe de personnes, d'autres fois à l'ensemble de l'humanité. Le drame d’un tremblement de terre par exemple dans diverses parties de notre globe est un tel rappel de la fragilité de la vie humaine pour des millions d'habitants.
Ces derniers temps, Auschwitz revient de plus en plus souvent comme un grand et tragique événement connu du monde entier. C'est un cri fort, bien que muet, de Dieu à toute l'humanité.
Si vous ne vous convertissez pas, vous mourrez tous de même, les possédés par la haine mais aussi leurs victimes.
L’humanité n’a pas encore conscience de l’interprétation chrétienne de cet événement, malgré le fait que Jean-Paul II lui-même en a fait l’écho lorsqu'il a visité le "Golgotha de notre temps".
Il est significatif qu'au lieu de lire cet événement comme un appel à la conversion, d’y réfléchir plus profondément sur l'attitude des chrétiens du XXe siècle, l'homme contemporain l'a interprété comme une accusation contre Dieu lui-même. Il s’est posé la question : Pourquoi Dieu s'est-il tu alors que des millions de personnes l'ont imploré pour une intervention rédemptrice ? Beaucoup, à cause de ce silence de Dieu, se sont effondrés dans la foi. Auschwitz, en particulier pour les Juifs, était et est un puissant test de foi. Pour les chrétiens, la question n'est pas nouvelle. Elle s’est révélée sous une forme beaucoup plus sévère au Calvaire, et elle y a également reçu une réponse.
Ainsi, sur la croix, dans un terrible tourment, le Fils bien-aimé du Père Éternel meurt avec des paroles de plainte : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?» / Mc 15, 34 /. Dieu répondit alors par un silence qui n'était pas un silence d'oubli et d'impuissance, mais un silence d'amour et de présence.

Père Wieslaw GRONOWICZ

3ème dimanche de Carême

Dieu s’exprime à travers les événements

Dieu a pris le risque incroyable de mal utiliser le don de la liberté à travers l'homme, mais il a aussi prouvé que celui qui sait aimer comme lui aime, même dans la situation la plus difficile, même dans le monde de la haine, peut sauver sa dignité et révéler l'amour.
Dans l'enfer d'Auschwitz, le visage du vrai Dieu a été révélé par le saint Père Maksymilian Kolbe, et c'est le visage de l'Amour qui pardonne
Moïse, demandant à Dieu quel est son nom, entendit en réponse - "Je suis qui je suis" / Ex 3, 14 /. Le Christ a révélé que dans cette réponse il s’agit d'amour. Dès lors, tous les événements, même aussi terrifiants qu'Auschwitz, œuvre de l'homme et non de Dieu, constituent entre les mains de l'Amour Éternel un appel à la conversion. Dieu attend patiemment l'heure où l'homme deviendra sage. Dans cette attente, il est tel un jardinier qui cultive une figue infertile dans l'espoir de porter des fruits.

Dieu attend patiemment l'heure où l'homme deviendra sage

Père Wieslaw GRONOWICZ

20 mars 2022

Mis en ligne le :