Aimer vos ennemis

Cette semaine a eu lieu le procès des complices des deux jeunes qui ont égorgé le père Jacques Hamel. Justement, l’évangile d’aujourd’hui est l’évangile choisi pour les obsèques du père Hamel à la cathédrale de Rouen : aimez vos ennemis ! Dans un tel contexte, ces trois mots prennent un poids particulier. Ce ne sont pas des mots en l’air, ce sont des mots qui s’enfoncent profondément dans notre chair. Aimez vos ennemis… Cela nous répulse, nous semble impossible. Comment puis-je aimer ceux qui m’ont fait aussi mal ?
Une 1re réponse se trouve dans la 1re lecture : David ne veut pas tuer Saül qui se trouvait pourtant comme livré entre ses mains, parce que Saül est un messie de Dieu, un homme qui a reçu l’onction divine. Je ne puis haïr une créature de Dieu, une personne qui possède en elle l’image du Seigneur.

La mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous

Comment puis-je aimer ceux qui m'ont fait aussi mal?

Une 1re réponse se trouve dans la 1re lecture : David ne veut pas tuer Saül qui se trouvait pourtant comme livré entre ses mains, parce que Saül est un messie de Dieu, un homme qui a reçu l’onction divine. Je ne puis haïr une créature de Dieu, une personne qui possède en elle l’image du Seigneur.

Une 2ème réponse nous est donnée par la vie du père Hamel. Il avait toujours distingué le péché du pécheur : Dieu déteste le péché, mais il aime le pécheur ! Et d’ailleurs, au moment de se faire égorger, le père Jacques cria simplement : arrière Satan ! Il savait que c’était l’Ennemi qui s’acharnait contre le Christ, et pas seulement un gamin radicalisé qui commettait un attentat. Chaque matin de sa vie, le père Hamel récitait la prière à St Michel : St Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer par la force divine Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes. Cette prière lui est revenue au cœur à son heure dernière.

La 3ème réponse se trouve en nous ! Haïr l’ennemi, c’est finalement laisser le mal entrer en nous, laisser gagner l’ennemi ! C’est pourquoi Jésus continue : « à celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue ». Vous connaissez sans doute la réplique de St François de Sales à cet insolent qui lui demandait comment il réagirait s’il le souffletait : « je sais bien ce que je devrais faire, mais je ne suis pas sûr que je le ferai ». J’ai longtemps cru que c’était un trait d’humour de François de Sales, qui laissait ainsi entendre qu’il valait mieux ne pas essayer de le gifler. Je crois aujourd’hui que cette remarque était en fait pleine de tristesse : François savait que nous étions complices avec le mal. Résister au mal, c’est montrer son autre joue, montrer sa dignité intacte, révéler le vrai « moi », l’image de Dieu en moi !

Père Laurent THIBORD

7ème dimanche du temps ordinaire - Année C

Aimer vos ennemis

Finalement, la seule réponse est en Dieu… Et Jésus termine son enseignement en contemplant le visage de son Père : soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. L’amour de l’ennemi nous fait plonger dans les entrailles de notre Père….
Aimez vos ennemis ! Comme toujours, Jésus va joindre le geste à la parole. Il va embrasser les pieds de Judas avant de les laver. Il va tendre sa joue pour le baiser du traître. Il va se livrer à Judas en lui donnant le pain de la Pâque, son propre corps à manger.

Soyez miséricordieux comme Dieu est miséricordieux

Père Laurent THIBORD

19 févr. 2022

Mis en ligne le :